Aéroport international Arturo Merino Benítez

Avec pas moins de 16 millions de passagers, l’aéroport de Santiago occupe une position stratégique en Amérique du Sud (6ème plus grand aéroport), et plus particulièrement au Chili, puisqu’il est un lieu de passage obligé pour les liaisons internationales. Avec nos partenaires nous construisons un nouveau terminal, capable de doubler la capacité d’accueil de l’aéroport actuel. Le nouveau terminal disposera d’une surface totale de 175 000 m². Le contrat comprend également la réhabilitation d’une partie du terminal existant de 30 000 m², un bâtiment de parking sur 3 niveaux de 93 000 m² et 550 000 m² de chaussées aéroportuaires.

CONTEXTE

L’enjeu de ce projet est de pouvoir accompagner le développement de cet aéroport, dont le trafic est, en corrélation avec l’économie chilienne, en progression de 9% depuis 20 ans.
Dans un pays en développement de plus en plus propice au trafic aérien, l’aéroport occupe une position centrale. Il concentre à lui seul pas moins de 60% du trafic intérieur aérien, et la totalité du trafic du pays pour les liaisons internationales.
Le programme vise donc à répondre aux besoins présents et futurs en concevant et en construisant un bâtiment tous corps d’état et clés en main qui sera capable de recevoir entre 30 et 45 millions de passagers.

TECHNIQUE

Nous avons proposé pour cet aéroport une architecture ambitieuse dont la toiture en forme de double vague représente la chaîne montagneuse de la Cordillère des Andes.
La structure du bâtiment se compose de fondations sur pieux, de planchers en structure mixte béton-acier et d’une charpente métallique pour la toiture. L‘importante activité sismique de la région et le respect du code de construction parasismique chilien nous a contraints à un alourdissement de la structure du bâtiment.
Afin de perturber le moins possible le trafic des passagers et le mouvement des avions, tout en garantissant un nombre de places de parking constant pendant les travaux, nous avons imaginé un phasage des travaux très complexe. Nous avons séquencé le projet en 37 phases de construction, liées les unes aux autres. Afin de réduire les délais et les coûts, notre phasage permet de limiter au maximum la construction de bâtiments et d’infrastructures provisoires au profit de constructions définitives qui sont mises en exploitation au fur et à mesure du chantier.

Notre offre a été retenue car nous l’avons étayée par des analyses approfondies, indiquant un potentiel de croissance de l’activité très significatif. Avec ce projet, nous sommes dans notre cœur de métier en combinant à la fois conception et construction.

IMPACT

L’occasion nous a ici été donnée de déployer sur ce projet le modèle intégré de concessionnaire–constructeur du groupe VINCI. Conçu en BIM (Building Information Modeling), nous livrerons à la société concessionnaire, en même temps que l’ouvrage, la maquette numérique pour une exploitation et une maintenance 100 % digitalisées. Plus de 7 500 documents techniques ont été livrés en 9 mois et plus de 60 modèles BIM sont assemblés et coordonnés en continu.
Ce projet en conception-construction, tous corps d’état et clés en mains d’un nouveau terminal de 175 000 m2 capable d’accueillir entre 30 et 45 millions de passagers rassemble toutes les expertises et savoir-faire de notre groupement.
Après différents succès réalisés comme les prisons du Chili, la route n°5 (tronçon Chillan-Collipulli), ou encore la construction des tunnels d’accès de la mine d’El Teniente, ce nouveau contrat permet à VINCI Construction Grands Projets de se développer dans une des économies les plus dynamiques d’Amérique latine.

Experts du projet

Maître d’ouvrage
Ministerio de Obras Públicas de Chile (MOP)

Maître d’œuvre
Nuevo Pudahel

Chiffres clés

Dates d’exécution
avril 2015 à février 2020

Superficie 
175 000 m2

Capacité 
30 à 45 millions de passagers

Témoignage

« Nous avons respecté scrupuleusement leur cahier des charges et ils ont été convaincus par la précision de notre proposition, concernant notamment le phasage des travaux en coordination avec l’exploitation, et par la solidité de nos expertises en matière de développement du trafic et des recettes extra-aéronautiques. »

Astrid Tran Ba Huy, chef de projet VINCI Airports