Système de traitement des eaux usées

VINCI Construction Grands Projets a signé en février 2014 son premier contrat en République dominicaine, avec l’INAPA (Instituto Nacional de Aguas Potables y Alcantarillados). L’objectif est de concevoir et construire un système de traitement des eaux usées des villes de Monte Cristi, Neiba, Azua, San Jose de Ocoa, San Cristobal et Villa Vasquez. Ce projet en conception-construction comprend la conception dans 6 villes de 400 kilomètres de réseaux d’assainissement, 10 stations de pompage, 5 stations d’épuration de type lagune, et 1 station d’épuration type boues activées. Le projet comprend également la pose à Monte Cristi de 46 kilomètres de réseaux d’assainissement, la construction de 2 stations de pompage (270 et 170 m3/h) et d'une station d’épuration de type lagune. À Villa Vasquez, il s'agit de poser 43 kilomètres de réseaux d’assainissement, de construire 3 stations de pompage (35, 130 et 270 m3/h) ainsi qu'une station d’épuration de type lagune. À San Cristobàl, le projet comprend la construction d'une station d’épuration du type boues activées. Enfin avec l’aide de WMI (filiale de VINCI Construction Grands Projets), nous nous chargeons d’établir un diagnostique technique du réseau d’eau potable.

CONTEXTE

Ce projet s’inscrit dans un programme d’éradication du choléra lancé par le gouvernement dominicain. Depuis octobre 2010, avec plus de 33 000 cas et près de 500 décès, le choléra est devenu un enjeu national pour le pays. L’objectif de traitement des eaux usées est bien plus qu’un enjeu local, c’est un enjeu de santé publique. Arrivée en République dominicaine en 2009 pour un appel d’offres d’adduction d’eau potable, nous avons compris que le client l’Instituto Nacional de Aguas Potables y Alcantarillados (INAPA) avait besoin d’appui et de financement. Nous nous sommes alors rapprochés du Ministère des Finances français pour monter un dossier de prêt. Face à la nature capitale du projet, le chantier a pu bénéficier de l’aide française grâce au fond de Réserve pour les Pays Émergents.
6 villes ont été choisies pour le déploiement de ce projet pilote. Les villes sont reparties sur tout le territoire entre 30 min et 3h30 de Saint-Domingue, la capitale.

TECHNIQUE

Dans la plupart des villes disposant d’une place suffisante, les stations sont de type lagunes naturelles, sauf à San Cristobal, près de Saint-Domingue, où c’est le process des boues activées qui a été retenu. Le lagunage est une technique naturelle d’épuration des eaux dont le principe est de recréer des bassins « tampons » dans lesquels les eaux usées transitent avant d’être rejetées dans le milieu naturel. Le procédé à boues activées est une technique biologique d’épuration des eaux dont le principe est d’introduire un concentré de bactéries diverses qui, associé à un brassage mécanique, permet de revaloriser les eaux usées (les bactéries « mangent » les substances polluantes et les transforment en boue).
En ce qui concerne le diagnostique technique du réseau d’eau potable due a une mauvaise gestion, près de 90 % des pertes sont dues à des fuites, à une mauvaise gestion, et à un manque de modernisation des infrastructures. Grâce à WMI, nous avons pu proposer des solutions techniques afin d’améliorer le rendement des infrastructures de réseau, rechercher et traiter les fuites, et maîtriser la facture énergétique.
La formation technique du personnel et du client est un enjeu de tous les instants. L’assainissement est un nouveau métier dans le pays, c’est pourquoi nous avons mis en place le programme Skill up pour former les équipes de pose sous-traitantes. Pour les terrassements de lagunes naturelles et la pose de géomembranes, nous avons fait appel à l’expertise de VINCI Construction Terrassement.
Par ailleurs, la gestion géographique du chantier, situé dans plusieurs villes, est un autre défi à relever avec la transmission des informations entre les bureaux centraux à Saint-Domingue (où se trouve le client) et les différents sites, pour pouvoir mettre en place un système commun, faire circuler les bonnes pratiques et créer une unité sur le chantier.

La direction Hydraulique est avant tout une « ligne métier ». Nous sommes présents à toutes les étapes du cycle de l’eau, du captage et du stockage d’eau brute à l’assainissement des effluents en passant par l’irrigation, le traitement des eaux, le stockage, le transfert et la distribution. C’est d’ailleurs un secteur en explosion du fait de l’accroissement de l’activité assainissement avec des besoins très importants et une concurrence encore faible au vu de la complexité du processus.

IMPACT

Ces installations répondent à des enjeux humains forts puisque le projet à non seulement un objectif en terme de santé publique, mais il permettra également de réduire l’impact des eaux usées sur l’environnement. L’ouvrage comprend des critères de développement durable à travers, notamment, la facilité d’exploitation, le respect de l’environnement et la qualité du traitement. Ainsi, la désinfection finale s’effectuera par le biais d’un canal sous rayons ultra-violets, lui-même alimenté en électricité par des panneaux photovoltaïques, représentant au total plus de 80 % des besoins énergétiques. Ce nouveau projet conforte notre savoir-faire dans le domaine de l’hydraulique à l’international, mais également notre savoir-faire sur des projets plus responsables.
Encore aujourd’hui dans le monde, seulement un quart de la population a un accès limité à l’eau potable, voire pas d’accès du tout, et la moitié est privée d’un système d’assainissement adéquat. Aussi, ces travaux remontent à un besoin pressant des autorités de traiter les eaux usées face aux cas de choléra et autres maladies véhiculées par l’eau.
Enfin, nous pouvons espérer continuer avoir un impact majeur sur la santé publique mondiale puisque la hausse des besoins en infrastructures et services dans le domaine hydraulique est estimée à +50 % dans les 30 prochaines années, ce qui fait de ce secteur un segment attractif pour le Groupe.

Experts du projet

Maître d’ouvrage
Instituto Nacional de Aguas Potables y Alcantarillados

Chiffres clés

Dates d’exécution
février 2014 au 30 avril 2018

Canalisations
110 km

Stations d’épuration
3

Postes de relevage et pompage
6

Témoignage

« Le pays a beaucoup de retard dans le développement d’infrastructures. Le gouvernement a mis l’accent sur l’éducation et l’accès à l’électricité mais la couverture en eau et en assainissement est très mauvaise. Nous espérons que cela débouchera sur de nouveaux appels d’offres. »

Thibault de Certaines, Directeur du projet

Exona, centre de traitement des eaux usées du SIARCE

Corbeil-Essonnes

Discover