Nouvelle Route du Littoral

Le projet de la Nouvelle Route du Littoral a pour but de sécuriser la liaison entre les 2 principales agglomérations de l’île (Saint-Denis, chef-lieu de La Réunion et La Possession). Cette nouvelle infrastructure routière s’étend sur 12,5 kilomètres et a été divisée en plusieurs lots. L’un des 2 principaux lots concerne la réalisation complète d’un viaduc entre Saint-Denis (chef lieu de La Réunion) et la Grande Chaloupe. Le marché remporté par le groupement de VINCI Construction Grands Projets concerne la conception et la construction de ce viaduc en mer de 5,4 kilomètres qui longe le littoral et permettra de relier Saint-Denis à La Grande Chaloupe.

CONTEXTE

Située entre mer et falaise, l’actuelle Route du Littoral (RN1) est soumise à de nombreux risques naturels (éboulements rocheux, inondations pluviales, submersions lors des fortes houles) nécessitant des restrictions ou fermetures fréquentes et un entretien très lourd, et causant régulièrement des accidents mortels.
La Nouvelle Route du Littoral qui vise à remplacer l’actuelle RN1, a été placée en mer, de 80 à 300 mètres du rivage, afin d’échapper à tous ces risques. Ce projet est unique tant par sa longueur (5,4 km : le plus long viaduc en France de ce type) que par sa largeur (près de 30 m), avec un tablier comportant 2 x 3 voies de circulation modulables pour y intégrer un corridor de transport collectif en site propre (tram-train ou bus). Ensuite, avec sa situation en mer ouverte, l’ouvrage est exposé à des contraintes météo et maritimes particulièrement sévères (cyclones et houles extrêmes), et des caractéristiques géotechniques délicates et extrêmement variables. Enfin, le projet est marqué par des conditions environnementales très contraignantes, notamment vis-à-vis de la faune marine.

TECHNIQUE

Afin de nous émanciper de la houle, nous avons décidé de préfabriquer tous les éléments à terre. Les 48 piles sont donc réalisées dans une usine de préfabrication, puis transférées sur une gigantesque barge. La même règle qui vise à limiter au maximum les travaux en mer a été appliquée pour les méga-voussoirs sur pile. Un assemblage de 7 voussoirs pesant 2 400 tonnes chacun et correspondant à l’amorce du tablier sur chaque pile, a été posé par la barge en même temps que la partie haute des piles. Les 1 386 voussoirs courants qui forment le reste du tablier du viaduc sont produits dans une usine du chantier au rythme de 3 à 4 pièces par jour, acheminés de nuit, par l’actuelle route du littoral, et mis en place au moyen d’une poutre de lancement de 278 mètres de long.
Ce choix du tout à terre, ou presque, pour construire l’ouvrage a nécessité des moyens de production et de manutention adaptés à la taille des éléments préfabriqués. Construites dans la zone du port, les 2 usines de préfabrication des piles et des voussoirs du viaduc ont disposé de toute une série d’outils particuliers. Le site de préfabrication des voussoirs est ainsi doté d’un portique d’une capacité de 350 tonnes pour déplacer ces pièces. L’usine de préfabrication des voussoirs dispose ainsi de 3 centrales à béton (dont l’une alimente l’usine voisine de préfabrication des piles), d’une centrale de traitement des eaux de lavage des toupies à béton, ou encore d’une installation de refroidissement permanente des agrégats et des malaxeurs. S’y ajoute une centrale pouvant fabriquer 45 tonnes de glace par jour pour maîtriser la température du béton, même lors des plus intenses chaleurs. Le dernier avantage de cette organisation concerne la protection de l’environnement. Les mesures prévues au marché sont exigeantes. Les équipes ont donc dû, par exemple, préserver les cétacés des nuisances sous-marines générées par le chantier, ou encore protéger d’éventuels nuages de particules fines les quelques massifs coralliens voisins de la zone de travaux.

Conçu pour une durée de vie de 100 ans, le viaduc est dimensionné pour résister à des événements exceptionnels, ainsi qu’aux chocs éventuels de bateaux. La sous-face du tablier est calée de 13 à 22 mètres au-dessus de la mer hors d’atteinte des houles de plus grandes amplitudes.

IMPACT

Il s’agit d’un des chantiers majeurs en cours sur le territoire français. Prévue pour ouvrir en 2018, la Nouvelle Route du Littoral facilitera les déplacements des habitants entre Saint-Denis, la capitale, et le port de commerce de l’île, à une vingtaine de kilomètres plus à l’ouest. Elle remplacera l’actuelle route de corniche à 2 x 2 voies située au pied d’une falaise, tristement célèbre pour sa dangerosité. Côté mer, on s’expose aux embruns en cas de forte houle, ce qui arrive fréquemment du fait de l’absence de plateau continental. Côté montagne, on risque des chutes de pierres malgré la présence de filets de protection. Aussi, 2 mois par an en moyenne, les autorités ferment une ou 2 voies de circulation pour protéger les usagers. Baptisé « canal bichique », du nom de l’alevin qui remonte les ravines, ce basculement de chaussée provoque à chaque fois d’importants embouteillages. Longue de 12,5 kilomètres et presque entièrement située en mer, la future route, parallèle à la côte, permettra de s’affranchir des chutes de pierres, mais aussi de la houle, puisqu’elle s’élèvera entre 20 et 30 mètres au-dessus du niveau de la mer. La chaussée sera nettement plus large l’équivalent d’une autoroute à 2 x 3 voies, car elle disposera d’une emprise pour accueillir un futur transport collectif en site propre, et d’un espace réservé aux piétons et cyclistes.
Tout, comme le viaduc de la grande ravine, ce projet va doter l’île de La Réunion d’une nouvelle infrastructure qui va permettre de réduire les embouteillages, et offrira un confort de sécurité à ses usagers.

Experts du projet

Maître d’ouvrage
Région Réunion

Maître d’œuvre
Egis

Chiffres clés

Dates d’exécution
décembre 2013 à novembre 2018

Dimension du viaduc

Longueur
: 5,4 km
Largeur : 30 m
Tablier : 2 x 3 voies

Témoignage

« Le projet de la Nouvelle Route du Littoral est exceptionnel par ses caractéristiques et sa situation maritime. Les risques naturels lui confèrent une complexité technique qui la classe parmi les grands projets de génie civil mondiaux. »

Bernard Chiesa, Directeur projet appel d'offres Nouvelle Route du Littoral

Viaduc de la Grande Ravine

Les Trois-Bassins

Discover